Trois étapes à suivre lorsque la lassitude des alarmes s'installe

Trois étapes à suivre lorsque la lassitude des alarmes s'installe

Kyle Krueger | vendredi 26 juin 2020

Avec la généralisation des détecteurs multi-gaz, les alarmes se multiplient. Elles sont de plus en plus nombreuses. Et parfois les utilisateurs aimeraient que les détecteurs disposent de différentes tonalités pour pouvoir distinguer « les alarmes qui comptent vraiment ». Si l'intention peut sembler bonne a priori, elle est symptomatique d'un danger : la lassitude des alarmes.

Les fabricants de détecteurs utilisent une seule tonalité d'alarme pour signaler tous les dangers liés aux gaz. Seul le volume ou la fréquence des alarmes (basse/haute/VMT/VLE) change. L'alarme pour le monoxyde de carbone (CO) a la même tonalité que celle de la limite inférieure d'explosivité (LIE), de l'oxygène (O2), du sulfure d'hydrogène (H2S), etc.

Tous les appareils sont conçus de cette manière.

Les fabricants pourraient certes imaginer différentes tonalités d'alarme en fonction de la nature du danger, mais le fait est que toutes les alarmes ont le même rôle : signaler un danger avant qu'il ne soit trop tard pour agir.

Bien comprendre les dangers du gaz et les technologies de détection peut être complexe (mais il existe pour cela des formations) ; c'est pourquoi les détecteurs de gaz sont conçus pour signaler clairement, simplement et rapidement la présence d'un danger.  

Comment lutter contre la lassitude des alarmes ?

Si votre équipe ou vous-même rêvez de tonalités d'alarme différentes pour chaque type de gaz, vous souffrez de ce que l'on appelle la lassitude des alarmes. La bonne nouvelle est que vous pouvez combattre ce mal en suivant trois étapes simples :

Soyez sûr de vos connaissances
en matière de détection de gaz

Alerte à l'écran sur le Ventis Pro5

Besoin de conseils ? Ce livre blanc présente
les technologies qui simplifient la détection de gaz.

Télécharger le livre blanc

1. Consultez vos données : les clients d'Industrial Scientific ont la possibilité d'accéder à un historique des données d'alarme dans iNet® Control pour déterminer le nombre d'événements d'alarme et d'autres tendances. Avez-vous constaté que certains employés éteignaient leur appareil quand une alarme se déclenche ? Est-ce que certains signalent de fausses alertes ? Enquêtez sur les fausses alertes et expliquez à vos employés ce que vous attendez d'eux en cas d'alarme afin qu'ils sachent qu'ils doivent faire confiance à leur appareil quand une alarme se déclenche et doivent agir en conséquence.

2. Réexaminez vos seuils d'alarme : les réglages d'alarme par défaut du fabricant ne sont peut-être pas adaptés à votre secteur d'activité ou application. Revoyez les protocoles de votre entreprise et les recommandations de l'OSHA et ajustez vos seuils d'alarme le cas échéant. Avant de modifier les seuils, sachez toutefois qu'ils sont souvent fixés à un niveau bas pour prendre en compte le délai nécessaire à la cellule pour réagir à la présence de gaz. Ainsi, si un détecteur enregistre une élévation rapide du niveau d'un gaz, il signalera à l'utilisateur une concentration élevée légèrement avant que la concentration n'atteigne le niveau critique pour ménager une marge de sécurité.

Si vous modifiez l'alarme haute, vérifiez également l'alarme basse. Si vous modifiez le seuil d'alarme haute sans changer le seuil d'alarme basse, le problème ne sera pas réglé. Bien que l'alarme basse soit généralement moins intense, une oreille peu entraînée risque de confondre les deux.

Si vous effectuez des changements, parlez-en à votre équipe et expliquez à vos employés ce que vous attendez d'eux.

3. Adaptez vos processus : cela implique notamment (mais pas seulement) de changer la manière dont les équipes travaillent, de les isoler du danger, de remplacer l'élément dangereux ou de supprimer physiquement le danger. La hiérarchie des mesures de sécurité est un excellent moyen d'améliorer la sécurité dans l'entreprise.

Si vos employés ou vous-même ignorez les alertes qui peuvent vous sauver la vie, il est crucial de réexpliquer le fonctionnement et la finalité des détecteurs et d'agir avant que la lassitude des alarmes ne devienne un problème chronique.