Les dangers invisibles des stations d'épuration

Les dangers invisibles des stations d'épuration

Dave Wagner | vendredi 26 juin 2020

Vous passez devant en voiture régulièrement. Toutes les villes en ont une. Vous avez peut-être un voisin, un ami ou même un membre de votre famille qui y travaille. Quand une dépression survole la zone et que le vent souffle dans votre direction, la puanteur est atroce. Mais cette odeur n'est qu'un indice des multiples dangers que rencontrent les employés des stations d'épuration.

alertes d'homme à terre

Les employés et sous-traitants des stations d'épuration
doivent être très prudents aux abords des bassins à ciel ouvert.

Les risques de glissades, de faux pas et de chutes sont réels dans les installations de traitement des eaux usées et la présence de gaz dangereux dans l'atmosphère augmente le danger. La possibilité de graves traumatismes ou même de noyade en cas de chute dans un espace confiné (cuve, bassin d'aération ou clarificateur, par ex.) témoigne que les risques sont sans doute plus élevés qu'on ne le reconnaît ou qu'on ne veut l'admettre pour le personnel des stations d'épuration.

Les principaux gaz dangereux potentiellement présents dans ces installations sont le méthanele sulfure d'hydrogène et l'oxygène (ou plutôt le manque d'oxygène). Le sulfure d'hydrogène et le méthane sont des sous-produits de la décomposition des matières organiques présentes dans les eaux usées. L'accumulation de ces gaz peut entraîner un manque d'oxygène voire une explosion en présence d'une source d'inflammation.

Il serait toutefois trop long de nommer tous les gaz dangereux potentiellement présents dans ces installations. Hormis ces trois principaux dangers, les stations d'épuration utilisent des produits chimiques tels que l'ammoniacle chlorele dioxyde de chlore ou l'ozone pour la décontamination et l'épuration des eaux usées. De plus, les industries environnantes peuvent aussi déverser des produits chimiques dans les eaux usées, multipliant encore le nombre de gaz toxiques ou explosibles potentiellement présents.

Comme il est pratiquement impossible d'éliminer ces dangers liés aux gaz, le personnel et les sous-traitants qui travaillent sur ces sites doivent pouvoir compter sur des équipements de détection de gaz fiables. Même s'il n'existe pas de détecteur de gaz « miracle » pour protéger chaque employé dans n'importe quelle situation, on peut commencer par utiliser un détecteur multi-gaz basique. Un détecteur quatre gaz standard équipé de cellules adéquates protège des principaux dangers : le méthane, le sulfure d'hydrogène et le manque d'oxygène. La quatrième cellule, généralement de monoxyde de carbone, peut souvent être remplacée par une cellule d'ammoniac ou de chlore pour une protection supplémentaire contre ces autres risques chimiques très répandus. En passant d'un détecteur quatre gaz à un appareil cinq gaz, voire à un détecteur six gaz, vous atteindrez un niveau de détection et de protection encore supérieur.

Malheureusement pour protéger les employés des dangers du gaz, il ne suffit pas de leur fournir un détecteur de gaz avant de les envoyer sur le terrain. S'ils n'utilisent pas leur appareil correctement, ne comprennent pas son fonctionnement ou ne savent pas comment réagir aux mesures affichées, leur détecteur ne leur sera pas d'une grande utilité.

Pour commencer, le détecteur doit être mis sous tension. Les employés doivent savoir l'allumer et vérifier qu'il est capable de détecter tous les dangers qu'ils peuvent rencontrer. Ensuite, pour s'assurer qu'ils sont protégés, ils doivent vérifier que l'appareil détecte bien les gaz cibles. Pour ce faire, ils doivent effectuer un test de déclenchement du détecteur en l'exposant à chaque gaz cible pour vérifier que la cellule répond et que l'alarme se déclenche. La seule manière de s'assurer qu'un détecteur de gaz détecte les gaz cibles est de le tester en l'exposant à ces gaz. La procédure peut sembler compliquée, mais il suffit de placer le détecteur sur un banc d'essai ou une station d'accueil équipés des gaz adéquats et de lancer la procédure de test automatique. Cette opération doit être effectuée avant chaque utilisation du détecteur.

Soyez sûr de vos connaissances
en matière de détection de gaz

Alerte à l'écran sur le Ventis Pro5

Besoin de conseils ? Ce livre blanc présente
les technologies qui simplifient la détection de gaz.

Télécharger le livre blanc

Un détecteur peut être conçu pour détecter un ou plusieurs gaz. Plus les gaz sont nombreux, plus il est important de bien comprendre la manière dont les cellules interagissent à l'intérieur du détecteur. Par exemple, un utilisateur équipé d'un détecteur comportant des cellules de sulfure d'hydrogène et de chlore doit savoir que la présence de H2S dans l'atmosphère peut fausser les mesures de la cellule de chlore et masquer la présence d'une concentration dangereuse de ce gaz dans l'air. Il est recommandé de consulter les informations du fabricant de l'appareil sur les niveaux d'interférence et les interactions entre les cellules.

En plus de comprendre le fonctionnement des cellules elles-mêmes, l'employé doit savoir comment réagir quand l'appareil détecte un gaz et déclenche une alarme. Fréquemment, lorsqu'une alarme se déclenche, l'utilisateur risque de paniquer s'il n'a pas été formé. Il peut mal réagir, se mettre en danger ou ignorer l'alarme s'il ne connaît pas la procédure à suivre. Certains modèles récents de détecteurs fournissent des messages d'intervention (instructions sous forme de texte) qui indiquent aux employés quoi faire quand une alarme se déclenche. Un détecteur qui affiche « METTRE UN MASQUE » ou « ÉVACUER » quand une alarme se déclenche renforce la formation que l'employé a reçue.

Dans la pratique, il peut arriver qu'un détecteur ne soit pas capable d'alerter l'utilisateur suffisamment vite et que ce dernier soit exposé à un gaz dangereux et perde connaissance. Dans ce cas, il est crucial que l'appareil dispose de fonctions pour avertir le reste de l'équipe. Il peut par exemple être équipé d'un bouton de danger imminent ou d'une alarme de détection de mouvement ou d'homme à terre qui retentit quand l'employé est immobile. Certains appareils plus perfectionnés peuvent déclencher une alarme sur le détecteur d'autres employés lorsqu'une alarme se déclenche sur l'appareil d'un collègue. Ces fonctionnalités peuvent être déterminantes pour localiser et secourir une victime avant qu'il ne soit trop tard.

Les dangers du gaz sont invisibles et inévitables dans les installations de traitement des eaux usées. Si vous êtes amené à travailler sur un site de ce type ou à proximité, la meilleure façon de vous assurer de rentrer chez vous sain et sauf en fin de journée est de vous munir d'un équipement de détection de gaz adéquat et de l'utiliser correctement, même si le vent souffle dans la bonne direction.